//
vous lisez...
Parentalité, Pédagogie

Proposition, pression et dépression

Epuisement maternel
Voici déjà quelques jours que je suis en pleine réflexion, suite à la lecture de l’article de Madame Déjantée « Nous sommes toutes des menteuses de mère en filles »
Le foisonnement de la pensée autour de la petite enfance est très récent. C’est un progrès indéniable, un espoir de lutter contre la violence éducative ordinaire, un espoir pour l’humanité tout entière comme l’expose Olivier Maurel
Mais c’est aussi sur les épaules des parents une incroyable pression, un fardeau bien trop lourd pour 2 personnes seulement. Il faut garder en mémoire que les enfants ont été ou sont encore souvent élevés par un groupe : les générations entremêlées autrefois, encore aujourd’hui parfois dans le monde rural, les familles entremêlées sur d’autres continents. Est-ce à dire qu’il faut réinventer la vie en communauté comme dans certains pays nordiques ? Il faut en tout état de cause trouver des relais, des soutiens extérieurs car même avec les meilleures intentions, la tache est trop rude pour une ou 2 personnes.
Et pour les parents, il s’agit de trouver un équilibre, d’établir des priorités. Sur ce thème, le commentaire de Célia que je retranscris ici m’a particulièrement parlé : « je me dis que tous les choix éducatifs que certain-e-s qualifient d’”alternatifs” (je parle en particulier de la pédagogie Montessori, des choix alimentaires, des choix de vie genre pas de tv etc…) me permettent personnellement de m’épanouir en tant que maman, même si paradoxalement je peux être épuisée par moments. C’est finalement assez égoïste mais je crois que d’aussi loin que je me souvienne, les gosses (des autres), ça m’a toujours ennuyé. Et puis j’en ai fait […] Mais c’est pas pour autant que je me suis passionnée plus pour les jeux d’enfants, les délires d’enfants, etc… quand ma fille de 3 ans veut aller au parc, j’y vais parce que c’est son désir et que l’important, c’est elle mais je m’ennuie profondément […]pratiquer quelques activités Montessori, faire travailler mon imaginaire pour inventer des activités originales, aller voir des expos etc… au-delà de l’intérêt que j’y vois pour mes enfants, c’est aussi une manière de prendre soin de moi et d’être (un peu) égoïste en faisant des trucs qui me font pas trop chier. […] c’est vrai que par moments je me dis que tout serait plus simple si je mettais ma gosse devant la téloche avec un paquet de chips. Mais en fait non. A bien y réfléchir, non, vraiment.
En revanche, là où c’est vraiment un truc pervers, c’est lorsque dans des moments difficiles, on a pas le choix que de revoir nos modes éducatifs […] j’ai été tellement débordée qu’on a rangé Montessori au placard […] Et puis doucement, j’ai réalisé ce côté “je me fais (un peu) plaisir en faisant du Montessori and co” mais que l’important restait l’ambiance d’amour (je sais pas comment dire autrement) qui pouvait régner dans la maison […] du temps à rire et faire des bisous, des blagues pourries et des chatouilles, à lâcher prise […] Je n’ai pas lâché mes idéaux (parce que vraiment, j’ai réalisé que ça ne m’aiderait pas du tout) mais j’ai établi des priorités. »

Alors oui, je passe énormément de temps à réfléchir à la parentalité, à lire sur le sujet, à faire des listes d’activités à inventer. Oui, je me mets la pression toute seule peut-être, oui mon idéal m’étouffe parfois et l’injonction au bonheur qu’il porte menace d’étouffer ma fille, oui il est urgent que je lâche prise.
Mais non, je ne suis pas prête à renoncer tout à fait à mon idéal, oui Montessori et Filliozat me passionnent, non je n’ai pas 13 mois et la patience de ma fille avec ses jeux répétitifs
Donc merci à Célia de me proposer une clef d’équilibre : garder la spontanéité en tout. Savoir regarder ma fille être, m’en émerveiller, me laisser happer par ce bonheur. Savoir parfois pousser la réflexion, mais sur le même mode spontané et non parce que c’est une urgente obligation pour me sentir une maman à la hauteur.
D’ailleurs, je faisais une dichotomie entre les moments d’observation et les moments de pédagogie active mais je m’aperçois que je devrais plutôt y voir un continuum.

Proposition?
Je souhaite revenir sur les « propositions d’activités » car la lecture de certains blogs regorgeant d’activités à préparer minutieusement a largement contribué à faire chuter mon estime de soi et augmenter ma culpabilité. Comment des mamans peuvent-elles trouver l’énergie d’être aussi inventives, organisées, pour proposer chaque jour des activités aussi construites à leur progéniture ? pourquoi moi, n’en suis-je pas capable ?
D’abord, à y regarder de plus près, je m’aperçois qu’il y a là aussi sans doute quelques mensonges par omission. De l’aveu même de certaines de ces bloggeuses, on a très certainement plus tendance à bloguer sur les réussites éducatives que sur les errements.
Ensuite le contexte de ces mamans est peut-être différent du mien : combien de fois ai-je déploré ne pas avoir eu le temps de construire telle ou telle activité le week-end pour m’apercevoir le Lundi qu’elle était proposée par notre excellente micro-crèche ? Bibounette a la chance de fréquenter cette crèche durant la semaine : cela lui impose un certain rythme mais lui permet aussi de disposer de matériel et d’activités pédagogiques. Alors le week-end, je m’aperçois qu’elle a plus besoin de ma présence et du respect de son rythme naturel que d’un enchaînement d’activités sophistiquées… D’ailleurs ce que j’ai retenu d’une récente rencontre avec un éducateur Montessori, c’est « mais laissez donc faire la structure ! Il y maintes façons d’appliquer la pensée de Maria Montessori à la maison, dans l’aménagement de l’espace, dans la façon de « faire avec », mais de grâce abandonner les plateaux, la structure est là pour ça ! »
Et surtout a posteriori peut avoir l’air très construite et très préparée, une activité plus ou moins banale inventée par l’enfant. J’ignore si c’est effectivement l’explication mais en tous cas, cela me permet non seulement de lâcher prise mais d’adapter des principes à mes convictions profondes (et non l’inverse).
En effet, quoi de plus beau que de se retrouver guide sur le chemin choisi par l’enfant. C’est ainsi que je vivrai ma passion montessorienne désormais. Non pas à tout crin accumuler le matériel, lister des activités à faire absolument à tel âge mais continuer à me documenter pour savoir mieux percevoir chez ma fille telle ou telle initiative et prolonger son envie propre par telle ou telle proposition complémentaire. Une vraie proposition complémentaire, un accompagnement et non pas une proposition ex nihilo qui vire souvent à la pression sur le parent qui se DOIT de proposer l’activité et l’enfant qui se DOIT de l’apprécier.
C’est d’ailleurs ma fille qui m’a une nouvelle fois ouvert les yeux. J’étais perdue dans mes pensées à la recherche d’une activité à proposer pour combler l’espace temps avant le bain quand soudain elle s’est saisie d’un rouleau de papier toilette. Ma première réaction a été de la stopper : « Non, on ne peut pas » (chic, on avait déjà vu la situation dans l’excellent livre de Jeanne Ashbé). Et puis finalement, je me suis sentie disponible pour accueillir ce qu’elle voudrait bien me montrer d’elle à travers son geste. J’ai donc observé. Bibounette s’est concentrée pour dérouler puis enrouler consciencieusement le papier (je ne l’avais jamais vu encore enrouler ou dérouler quelquechose, chic j’ai économisé une préparation d’activité compliquée pour l’y initier…). Quand elle a finalement maîtrisé le geste, elle s’est exercée à déchirer le papier en morceaux de plus en plus petits. Là encore le geste était précis et la concentration maximum. Entre temps, je décidais d’aller aux toilettes (dans la même pièce) : Bibounette a alors interrompu son activité pour se saisir d’un plus grand morceau et me l’apporter ! Puis de retour à ses petits papiers, elle en a caché certains sous le tapis ou dans la poche d’un peignoir pour jouer à les retrouver ensuite. Je lui ai alors tendu un récipient, qu’elle a choisi de remplir avec ses petits débris.
photopq
Morale de l’histoire : je n’aurais pas pu mieux qu’elle élaborer une activité aussi riche d’enseignements. Non seulement elle m’a bluffée mais j’ai réalisé qu’il est bien plus moteur et libérateur d’être, juste être en présence de l’autre, en présence bienveillante, que de chercher absolument à proposer en se faisant la promesse de proposer et de laisser disposer.
2ème morale de l’histoire : une fois n’est pas coutume, je raconte l’anecdote car elle m’a servi de déclic. Mais il est hors de question que j’observe désormais les activités de ma fille en ayant en tête la façon dont je pourrai m’en inspirer pour un billet de blog quotidien. J’aurais alors l’impression de biaiser la façon dont j’accueille ses trouvailles… Non, je continuerai simplement à parler ici de loin en loin de ce que j’aurai pu en digérer… Comme l’écrit Natalie dans son billet A Thousand Things To Say; A Thousand Reasons Not To Say Them, les activités de Bibounette lui appartiennent, ce qui m’appartient et dont je parle ici c’est comment elle me fait grandir avec elle.

Au final, 2 questions à se poser pour 2 exercices particulièrement difficiles
* Quand on propose, est-on capable de vraiment laisser disposer ?
* Est-on capable d’être, être simplement en présence de l’autre, en particulier quand l’autre est un petit être ?

Publicités

Discussion

3 réflexions sur “Proposition, pression et dépression

  1. Oui oui oui oui oui, mille fois oui ! Génial ce découpage de papier de toilette, jeu de permacence, tri, etc. Et puis, les plateaux avant deux ans, deux ans et demi, non merci (ou alors seulement pour offrir un cadre d’ordre pratique, genre « tu peux apporter les outils que tu veux, mais la pâte à modeler ne sort pas du plateau »). Et aussi, Montessori c’est chouette, mais n’oublions pas que nous n’en voyons souvent que les bons côtés et qu’il faut resituer cette pédagogie dans son contexte d’émergence (qui explique le cadre souvent très strict qu’elle pose) et souligner qu’elle est d’abord destinée à des éducateurs (pas à des parents). Bref, merci pour cet article. Voilà voilà…

    J'aime

    Publié par Alys (Minuscule Infini) | 30 avril 2015, 19 h 54 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Mon Instagram

Varicelle #toddlerlife Regarder la ville d'en haut #toddlerlife Trouver un copain #toddlerlife Sweet dreams #toddlerlife

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :