//
Archives

Pédagogie

Cette catégorie contient 42 articles

Et voici le mois de Mai

Et voici le mois de Mai…

Après les mois marqués dans notre famille par les anniversaires et l’arrivée du printemps, pour moi, le mois de Mai est bien celui des élections, occasion de mémoire et de projection vers l’avenir… Et oui, j’y crois encore… Car même si je suis fort déçue par les humains, je dois bien garder au fond de moi un petit espoir, car sinon je n’aurais pas pris la responsabilité de mettre au monde une petite humaine. Parce que si mon grand-père s’est battu pour la France libre, ce n’est pas pour que je fasse la fine bouche. « Tu rêvais d’être libre et je te continue » écrivait Paul Eluard. Le 10 Mai 1981, j’avais 2 ans et ma chienne bien-aimée, Romi, venait au monde. En Mai 1988, je parlais politique avec mon grand-père et ses voisins,  j’étais à l’école primaire, mes parents parlaient politique avec l’instituteur, je regardais le Bébête Show, cohabitation et majorité présidentielle n’avaient déjà plus de secret pour moi. En Mai 1995, juste avant le bac français, je lisais Les Thibault, je regardais 7/7 et je parlais politique dans la cour de récré. En Mai 2002, je n’ai pas compris. Alors en Mai 2007, je tractais. En Mai 2012, je rêvais, je tenais la main de mon homme et mon grand-père me manquait. En Mai 2017, je tenais la main de ma fille et de mon homme, et mon grand-père me manquait, encore, toujours… Il est né, je suis née, en terre corrézienne qui a donné plusieurs présidents à la France, alors la politique, elle est ancrée en moi avec ses espoirs et finalement peu de désillusions… Car je pense être malheureusement assez lucide sur la nature humaine, alors j’attends finalement assez peu, et surtout, je sais que la vérité est multiple, loin des extrêmes et certainement pas celle que nous laissent entrevoir les media… La preuve en quelques mots, lus en début d’après-midi, où les gros titres accrocheurs ont peu de lien au final avec les véritables paroles détaillées dans l’article que personne ne lit : c’est ainsi que « si vous écoutez les mecs de la sécurité, vous finissez comme X » devient en un malhonnête et manipulateur tour de passe-passe « vous faites passer la sécurité avant la proximité »… Et ce n’est qu’un exemple parmi d’autres… Ce qui me désole c’est cette soif chez l’humain de sensationnel… Et chaque jour, je me questionne, dans l’éducation que je donne à ma fille, pour éviter cet écueil, lui donner le goût de l’authenticité et des véritables échanges, du don et non de la manipulation, de l’esprit critique et de la bienveillance…

J’en étais là de mes réflexions de pause méridienne quand j’ai été interrompue par mon ineffable chef, représentant en lui-même tout ce que j’abhorre de la société bien-pensante, prête à tout, tant pour recueillir des lauriers que pour s’acheter une conscience. Le voilà donc tout sourire venant me parler de mon pot de départ… Oui, pour ceux qui n’ont pas suivi les épisodes précédents, j’ai démissionné…Donc à première vue, ça partait bien le chef qui vient proposer un pot de départ… Ben, non, je suis trop lucide pour avoir espéré quoi que ce soit… si je pars c’est que mon cerveau était en train de s’empoussiérer comme celui de mon prédécesseur tant la valorisation du travail accompli atteint le degré zéro dans cette boutique… Et bien le voilà qui me fait l’affront de mesurer la valeur de mon travail en nombre de cacahuètes qu’il est prêt à offrir à mon pot de départ. Mais qu’il les garde ses cacahuètes! Et le pire, c’est que je crois qu’il ne s’est même pas rendu compte de la bêtise de ses propos… Comme il ne s’est pas rendu compte qu’il use l’un après l’autre tous ses collaborateurs…

Heureusement, juste avant le rationnement de cacahuètes, j’avais eu une belle surprise ce midi grâce à Karim (mon vendeur de pâtes chaque midi) et Fatima (sa charmante épouse qui tient la boutique de chaussures enfants Eliott (26, rue de Rochechouart à Paris 9) : une paire Igor offerte pour Bibounette, marque que j’avais repérée depuis longtemps, en coloris bleu qui va faire pousser des waouh à Bibounette, je n’en reviens toujours pas de cette générosité !

 

Bref, voici le mois de Mai, son muguet, ses leçons d’humanité, d’histoire et de géographie et son soleil timide…

 

 

Publicités

Plastifier, relier, massicoter

Au fur et à mesure que Bibounette grandit et formule de plus en plus clairement des demandes d’activités, me voilà encore plus que précédemment (si, si, c’est possible) partie pour rechercher des activités adéquates… Plutôt que d’acheter des ouvrages et matériels clefs en main, ou pour les compléter, il m’est souvent nécessaire d’adapter des documents trouvés sur le net.

Mes sources d’inspiration tournent beaucoup autour des sites La Classe de Laurène, Coquelipop qui mettent à disposition des documents gratuits et j’ai découvert dernièrement un site de vente de documents pédagogiques La Boutique Pédagogique, à des tarifs très accessibles, l’intérêt étant de trouver toutes les ressources en un même site et aussi de pouvoir commander, si vous ne trouvez pas le document qui correspond exactement à votre besoin, des documents personnalisés (oui, ma tête fourmille d’idées mais je ne suis pas une pro de la conception sur ordinateur…)

Il me reste à les plastifier, les découper, les relier, pour présenter à Bibounette les activités qui correspondent à son envie (et parfois son besoin) du moment… Et pour cela, voici le matériel, que je valide après utilisation intensive!

  • Pour plastifier

Plastifieuse : ce modèle est livré avec la réglette de découpage

Feuilles de plastification : à choisir avec un grammage suffisant

Arrondisseur / corner cutter pour arrondir les coins et éviter de griffer les petites mains : le petit appareil fourni avec ma plastifieuse n’était pas très efficace, j’ai donc investi dans celui-ci qui ma changé la vie

Pastilles velcro

  • Pour relier

IMG_1693

Parce que parfois, j’en ai marre de plastifier, la relieuse est une bonne alternative pour créer des livrets personnalisés que je mélange avec ses livres et que Bibounette peut feuilleter à loisir. Elle me permet aussi de créer des livrets d’exercices. Certes les livrets contrairement aux feuilles plastifiés ne soit pas beaucoup réutilisables (mais ils peuvent éventuellement être réalisés en plusieurs exemplaires) : ils évitent les feuilles volantes,  permettent de faire des collages, constituent un entraînement à la tenue du crayon… Et j’utilise des feuillets bristol de couleur pour séparer les chapitres.

Pour conclure, malgré mon enthousiasme du moment, je garde en mémoire une remarque lue chez Coquelipop : dans la plastification comme pour le reste des propositions, il importe d’éviter l’excès et de faire des choix car la préparation de ces documents peut être très chronophage,  polluante, et contreproductive si l’enfant est noyé sous les ressources…

Et vous, vous êtes fan de fiches aussi?

 

PS : cet article, comme l’ensemble des articles du blog, n’est pas sponsorisé

Dénombrer, compter, énumérer…

Vous êtes-vous réveillé un jour en vous disant « ben ça alors, comment a-t-elle appris toute seule? » (sur ce thème, allez vite lire aussi l’article de Minuscule Infini sur les apprentissages autonomes)

Ce n’est sans doute pas si exact, puisqu’il y a plus d’un an, je parlais déjà des matériels parsemés ici et là qui ont sans doute guidé ses pas et ses neurones, comme le denombrement des crottes de chien sur les trottoirs et la manipulation active des horodateurs et boutons d’ascenseurs!

Toujours est-il que je me suis aperçue récemment que Bibounette :

*maîtrise la comptine numérique jusqu’à plus de  20
*sait dénombrer parfaitement en suivant avec son doigt, sans compter plusieurs fois, les éléments jusqu’à 10 voire 20
*sait reconnaître d’un coup d’œil, sans compter avec ou sur ses doigts jusqu’à 5
*sait reconnaître les chiffres sans erreurs de 0 à 10
*me demande comment se forment les 11, 12, 13…

Bon, je sens que certains de mes matériels sont déjà obsolètes, à moins qu’elle n’invente elle même des règles du jeu qui corsent la difficulté en ajoutant un jeu type « memo » (cartes cachées) au simple puzzle, comme elle l’a fait spontanément hier soir…

Et bien sûr il lui reste à comprendre avec précision et sans précipitation comment se forment les nombres de 10 à 20 et plus loin

De même qu’elle n’est qu’au début des notions de plus, moins, beaucoup plus, beaucoup moins

Elle est capable de ressentir les additions et les soustractions d’une unité, j’espère que le matériel et mon attention l’aideront à appréhender en conscience ces notions complexes que j’ai apprises « par cœur » sans vraiment y voir l’intérêt pratique.

Mais il est donc grand temps que je me plonge dans les ouvrages et matériels que j’ai à disposition car son école ne répond absolument pas à sa soif de compter et je trouve regrettable de lui demander d’attendre la rentrée de Septembre alors qu’elle a une appétence maintenant pour la matière

Alors c’est parti pour un tour d’horizon des ressources que j’ai identifiées !

La comptine numérique

Sur ce point, je n’ai aucun effort à faire, les comptines chantées à l’école remplissent parfaitement leur rôle et nous les retrouvons à la maison sous forme de musique ou de videos, dans plusieurs langues… Et les jeux de cache-cache sont l’occasion de compter fréquemment!

Reconnaître les chiffres

Ceux des horodateurs, des terminaux de paiement, des ascenseurs… , autant d’occasions d’apprendre et d’avoir la satisfaction de « faire toute seule »

IMG_0583

Chiffres rugueux ou alternative type chiffres en relief avec chiffres en langue des signes au verso (seul bémol, le 3 en langue des signes ne correspond à la pratique de Bibounette) -il existe même une version en braille de ces plaquettes-, livre Les chiffres à toucher de Balthazar

Chiffres en bois home-made

IMG_0037

Chiffres magnétiques

IMG_0017

Chiffres sur cartes Grimm’s

IMG_0015

Puzzle simple de ce type , pas forcément très utile selon moi

Puzzle associant les chiffres et les doigts, le modèle Edufun que nous avons est finalement inopérant car Bibounette apprend à compter à l’école avec le langage des signes (à savoir l’index marque le 1) tandis que ce puzzle propose le pouce pour le 1

IMG_1835

Boîte de tri comme celle d’Edufun qui présente l’intérêt d’offrir de multiples possibilités de jeu mais peut aussi égarer le jeune apprenti…

Pupitre d’activités vintage Fisher Price

Jeux de comptage

Cartes à pinces : LA manière de conjuguer jeu et apprentissage plébiscitée par Bibounette. J’ai opté pour celles de la Classe de Laurène pour dénombrer de 1 à 10 et je viens de commander sur mesure une série de 11 à 20 chez La Boutique Pédagogique

IMG_0026

Fiches de comptage avec jetons (ou haricots!), trouvées chez Coquelipop

Puzzle Nathan , associant images, points et chiffres de 1 à 10

Jeu de comptage avec abaques : j’ai trouvé plusieurs modèles d’un même jeu, à savoir un modèle de meilleure qualité mais aussi plus onéreux et encombrant ou l’équivalent que je conseillerais au final chez sapin malin

Jeu Goula très complet associant diverses manières de compter avec les doigts, des dessins, des jetons, et reconnaissance des chiffres de 1 à 10

IMG_0064

Jeu Hape, puzzle aux règles que je trouve un peu complexes mais que Bibounette a saisies intuitivement

IMG_0030

Boîte de dénombrement home-made : association avec les dés pour lancer le jeu et pour dénombre, des billes, des balles en laine ou des haricots, grains de café, jetons etc

Jeux de dés

IMG_0023

Dominos

IMG_1522

Awalé et autres jeux plus ou moins traditionnels, je viens de tomber sur une boutique etsy offrant bien des modèles très tentants…

Matériel de comptage et dénombrement (notamment pour aller au delà de 10 et appréhender les notions d’addition et de soustraction)

en s’appuyant sur les ouvrages Les Petits Montessori, petits livrets qui détaillent l’utilisation du matériel à acquérir ou fabriquer par ailleurs 

IMG_0031

Boulier chinois, qu’affectionne particulièrement Bibounette

IMG_0021

Barres rouges et bleues Montessori pour compter, additionner, soustraire

Perles de Comptage Montessori pour identifier les suites croissantes, décroissantes, former les chiffres supérieurs à 10

Tables de Seguin pour apprendre à reconnaître et écrire les chiffres supérieurs à 10. L’usage de ce matériel, qui restait assez abstrait pour moi, s’est imposé de lui-même une fois que Bibounette a eu construit les nombres de 11 à 19 avec les perles. Bon sang mais c’est bien sûr, c’est ce qu’il faut pour introduire le système décimal! Je dispose d’un modèle acheté moins de 15€ mais dont les finitions sont approximatives…

IMG_0014

Matériel concret d’introduction de la base décimale également très utiles pour former les nombres en base décimale : j’ai trouvé ce modèle mais il existe de nombreuses variantes

Les réglettes cuisenaire que je préfère chez Grimm’s sous forme d’abaque, il existe également la version en forme d’escalier , superbe objet certes mais qui me convainc pour l’instant moins que le format « abaque – cubes à compter ».

Planche à billes pour appréhender les nombres pairs/impairs, chez nous elle est homemade sur un modèle trouvé sur etsy

IMG_0033

Fiches exercices, issues des ouvrages Les Petits Montessori, pour dénombrer des collections

IMG_0044

Pour additionner et soustraire

Je compte bien m’inspirer de l’ouvrage Les petits Montessori Je calcule mais peut-être aussi du jeu Goula

IMG_0042

Sans oublier les livres

IMG_1853

Et dans tout ça, avec le recul, je retiendrais quoi? 

Le bain de chiffres : indubitablement, c’est en dénombrant ce qu’il voit ou manipule au quotidien qu’un enfant après à dénombrer, c’est en voyant régulièrement les chiffres écrits que l’enfant apprend à les reconnaître, peu importe que ce soit au quotidien sur un ascenseur, un horodateur, un terminal de paiement, une calculette laissée à sa disposition ou sur du materiel très sophistiqué type chiffres rugueux, jolies cartes, chiffres en bois, magnétiques ou en relief… les livres évidemment restent pour moi indispensables.

Les perles de comptage et la table de Séguin : je n’avais pas prévu d’investir dans ce materiel, m’en remettant à l’école… mais les questions de Bibounette, me demandant comment s’écrivent 11, 12, 13, 14…, m’ont prise de court. J’ai donc décidé d’acheter ces matériels ainsi que les livrets Les Petits Montessori correspondant, histoire qu’elle apprenne vraiment comment se forment les nombres et non pas -déjà- en bachotant…

Les cartes à pince et le boulier chinois, vraiment plébiscités par Bibounette

1, 2, 3, c’est parti! Chez vous, on compte quoi et comment? 

Pâques

Je suis née la veille de Rameaux, ma fille 4 semaines avant Rameaux… Enfant, dans ma campagne reculée, je n’ai pas cherché les œufs dans le jardin, la tradition commerciale n’y était pas arrivée, j’ai en revanche collectionné le buis bénit offert par les voisins sans toutefois vraiment en connaître la tradition… Mais Pâques a toujours été le moment des anniversaires et de l’installation du printemps…

Pour Bibounette, je tente de créer nos propres rituels, ceux de notre tribu, mélanges de traditions, sans connotation religieuse autre qu’historique, sans trop d’influence commerciale, avec de la poésie mais pas de tromperie sur les lapins et autres cloches transportant les chocolats.

A l’école, la semaine dernière, Bibounette avait déjà eu l’occasion d’exprimer sa créativité sur le thème de l’œuf et de manger du chocolat. Puis à la maison, Bibounette a coloré des œufs, qu’elle s’est empressée d’écaler… fière de montrer sa maîtrise en la matière mais un peu déçue peut-être de ne pas y trouver de chocolat…

 

Dimanche, nous avons tenté de chasser les œufs au Château de Vaux-le-Vicomte où malheureusement l’affluence dépassait les capacités des organisateurs…

 

 

Alors nous sommes revenus à notre humble jardin et j’ai pu constater à quel point Bibounette grandit, en comparant son attitude lors de la chasse aux œufs l’an dernier, où il était encore difficile de mobiliser son attention, et celle de cette année, où elle s’est montrée actrice, nous enjoignant d’aller cacher les œufs, les repérant ensuite par la fenêtre avant de se saisir de son panier pour les ramasser avec un grand sourire et de nous inviter à un pique-nique de dégustation…

Puis séance de peinture de la poule en papier mâché trouvée dans le jardin… en bleu évidemment!

 

Et vous, lapins, cloches, poules, chat 😺? ou rien de tout ça?

 

Bonjour Mars

En Février…

J’ai eu du mal à relâcher la pression du mois de Janvier

J’ai entendu pour la première fois ma fille chanter « Joyeux anniversaire » à son papa

Je l’ai entendue souvent me dire « je t’aime »

Je suis montée à cheval… mes pieds touchaient par terre… et c’était drôle

J’ai rencontré Tina et je me suis sentie en phase avec ma moitié

J’ai monté des escaliers en sifflotant et fait de la déco accessoirement

J’ai profité de la lumière à la campagne

J’ai commencé à préparer l’anniversaire de Bibounette

Je me suis posée des questions sur les limites à poser et les activités à lui proposer

J’ai manqué de temps… encore…

J’ai démissionné

Bonjour Mars, le mois du printemps et de l’anniversaire de Bibounette !

 

 

 

Bonjour Février

 

Les outils de perception du temps

Je suis en retard 😉… voilà un moment que cet article m’a été demandé … et bien plus longtemps que j’accumule les outils divers et variés pour aider Bibounette dans sa perception du temps…

Alors c’est parti pour un petit tour d’horizon en images

* Pour les heures et les minutes 

Les horloges de la maison : horloge, réveils à remonter, coucou à remonter

Ce sont les plus classiques et ils sont appréciés de Bibounette qui aime faire « comme les grands »

 

Les minuteurs

img_0720

Bibounette le trouve un peu bruyant

 

Les sabliers

img_0723

Je pense qu’ils ont de beaux jours devant eux… une fois que j’aurai trouvé comment les´ introduire efficacement dans nos routines… pour cela, je commence par les utiliser moins même, en cuisine notamment, ou pour mesurer le temps de séchage, de brossage des dents etc

 

* Pour la journée

Le synopte

img_3592

Beau succès, dès son installation : le must have de nos outils

 

L’échelle de la journée avec magnets

img_0722

Celle-ci, c’est Bibounette elle-même qui me l’a réclamée, du haut de ses 32 mois, à force de questions incessantes sur « et après à midi » : avec des magnets pour construire les routines

 

L’échelle hier-aujourd’hui-demain

img_3603

Simplissime mais nécessaire pour clarifier ce qu’est « hier », notion apparue dans le langage de Bibounette vers 28 mois

 

L’éphéméride (« mon premier calendrier » ou « 365 jours avec Mouk »)

img_3604

Pour l’instant, nous avons du mal à nous astreindre à l’effeuillage quotidien, soit on l’oublie, soit on arrache tout!

 

* Pour la semaine

Le calendrier mural JB Bois

img_3593

Le premier outil mis en place, bel objet à multiples niveaux : pour l’instant, l’intérêt de Bibounette se porte surtout sur la météo, de plus en plus les saisons, et petit à petit le « hier aujourd’hui demain », pour le reste, c’est d’abord (et ce n’est pas rien) la joie de la manipulation

 

La roue de la semaine

img_3594

Home made avec des photos perso, je l’ai sans doute introduite un peu tôt et Bibounette aime surtout manipuler (la roue, les scratches…) mais je reste persuadée de l’intérêt de l’outil pour scander la semaine

 

Les nains Waldorf de la semaine

IMG_2995

 

* Pour le mois

La roue des mois (couleurs grimms)

img_3596

Je suis assez fière de mon idée de reprise des couleurs Grimms 😉 Pour l’instant, l’outil est encore abstrait pour Bibounette mais je suis certaine qu’il fera sens un jour couplé à la couronne des mois et à la poutre du temps sous forme de chaînette de billes…

 

La couronne des mois (couleurs grimms)

Avec les couleurs Grimms et des figurines home-made

 

La vitrine du mois

Je m’amuse beaucoup à la réaliser chaque mois, Bibounette s’y associera de plus en plus (elle n’est malheureusement pas idéalement placée pour qu’elle la manipule elle-même mais je ne souhaite pas la changer de place car il me semble important d’avoir de la constance dans ce rituel visuel et Bibounette grandissant à vitesse grand V elle l’atteindra bientôt… et puis mes choix de localisation doivent tenir compte de Monsieur Chat qui s’invite volontiers dans la décoration… à sa manière…)

 

Le calendrier photo avec les photos du mois utilisées lors de la cérémonie d’anniversaire Montessori

 

Notre planning familial, avec une colonne pour chaque membre de la famille, y compris le chien, le chat et les grands-parents 😉

 

img_1598

 

* Pour la saison

Le calendrier mural JB Bois

img_0716

La vitrine du mois

img_3599

 

La table des saisons

Chez nous, elle n’est pas figée, c’est un endroit où Bibounette dépose ses trésors de la nature au retour du jardin ou de promenade. Elle n’est pas figée car Bibounette joue avec ces trésors, ça lui/me plaît ainsi, au moins, elle se les approprie!

 

Le tapis d’anniversaire Montessori

Il figure la révolution des saisons 

 

Les livres

 

Les puzzles (Beleduc et Goula)

 

* Pour l’année

La poutre du temps sous forme de chaînette de billes (couleurs grimms) : fabriquée par Bibounette

img_1602

La poutre du temps papier issue du livre « Balthazar et le temps qui passe » ou à chercher sur le net

img_3611

 

Et pour finir mes fournisseurs 😍 : Papouet (=mon papa bricoleur 😘👏), Hoptoys, Greenweez, Grimms, …

Carpe diem 😊

Aimer ou ne pas aimer Noël

Papacahuete me dit que je n’aime pas les fêtes… je ne crois pas que ce soit vrai… en tous cas, ce n’est pas comme cela que je le ressens. J’aime la fête des lumières, l’amour partagé. J’ai aimé voir Bibounette faire la « décoration » du sapin, la voir la parfaire encore et encore, j’ai aimé la voir allumer seule avec précaution et souffler les bougies de la table de l’Avent. J’ai aimé préparer un colis pour un homme démuni et son chien, en soutenir un autre, plusieurs autres, de concert avec Bibounette n’oubliant pas de partager son sourire, les pièces cachées dans la poche de son manteau ou ses friandises. J’ai aimé voir la grand frère de ma fille heureux d’être avec nous pour le réveillon. J’aime ce Noël là…

 

Mais je n’aime pas les fêtes obligées. Je n’aime pas devoir tout organiser, pour qu’ensuite mon entourage s’étonne de me voir lessivée le jour J. Je n’aime pas répondre aux sollicitations de ceux qui veulent prévoir 6 mois à l’avance et de ceux qui se réveillent la veille. Je n’aime pas recevoir et me sentir envahie, je n’aime pas l’accumulation de paquets cadeaux qu’on n’a pas le temps d’ouvrir tranquille. je n’aime pas réaliser que j’ai semé des idées qui n’ont pas été relevées. Je n’aime pas devoir forcer Bibounette à ouvrir rapidement ses paquets trop nombreux et prendre la pose avec chacun de ses cadeaux bruyants pour envoyer ladite photo à ceux qui ont eu cette merveilleuse idée et qui seraient vexés si je ne leur témoignais pas une reconnaissance éternelle.

Je n’aime pas me retrouver petite fille toujours obligée de faire bonne figure et de nier ses désirs pour ne pas déstabiliser les fragiles adultes qu’une erreur de choix aurait fait déprimer pour l’année à venir. Je n’aime pas devoir, parce que « ça se fait », rendre visite à des gens qui ne me témoignent aucune sorte d’amour vrai, encore moins les inviter. Je n’aime pas me voir et voir ma famille stressée par les préparatifs. Et ça, ça ne vaut pas pas seulement pour Noël… c’est pour ces mêmes raisons que je n’ai aucune envie mais vraiment aucune d’assister aux mariages et encore moins d’en organiser un. Ouf, là dessus Papacahuete est sur la même longueur d’onde…

Et puis la fin de l’année, c’est aussi le moment des bilans, les bonnes résolutions ça j’aime bien (je vous en parle bientôt) mais la conscience du temps qui passe, de ceux qui ne sont plus, dans une famille petite, de celui qui ne voit pas ma fille grandir, c’est toujours un peu douloureux…

Alors Noël à ma sauce je l’aimerais mais comme je suis plus du genre à absorber les états d’âme de mon entourage qu’à les ignorer… je l’aime à temps partiel…

img_4553
Je vous souhaite de trouver votre bien-être et votre douceur pendant ces fêtes…

Père Noël es-tu là ?

Cet article va venir s’ajouter à ceux nombreux déjà présents sur la toile mais ce que je lis ici et là m’a donné envie de préciser ma pensée. Je pourrais résumer ma réflexion à cette seule question : mentir ou ne pas mentir ? Mais je vais développer un peu plus…

Enfant, j’ai cru au Père Noël.

Ou pas… Du plus loin que je me souvienne, cette histoire me paraissait bien abracadabrante et ma mère bien mal à l’aise… Nous n’avions pas de cheminée. Qu’à cela ne tienne, le nôtre passait par la porte. Hum. Au moins mes parents avaient-ils évité de me raconter que le traîneau volait dans le ciel, je crois que je leur aurais ri au nez. A mon entrée à l’école à 4 ans, soulagement, un autre enfant clarifiait enfin la situation : « le père Noël c’est les parents ». A mon retour à la maison, je me souviens nettement avoir transmis mon soulagement à ma maman sur le mode : arrête de t’en faire maman, je te révèle le secret, pas besoin de guetter un éventuel père Noël, il n’y a personne d’autre que toi et papa à inventer ! Quand je voyais ultérieurement des parents s’engluer dans le mensonge avec de grands enfants de 7 ou 8 ans, ça me mettait un peu mal à l’aise, mais en petite fille modèle, je préservais le secret.

 

Et maintenant que Bibounette est là, que faire ? 

Je viens de lire un article pro-père Noël qui évoque les arguments suivants : « elle a le droit de rêver », « cela éveille sa curiosité et son imagination », « je ne pense pas que cela soit grave », « je ne pense pas que ce soit à travers cela qu’on éduque nos enfants », « je préfère que sa première désillusion concerne le Père Noël plutôt qu’autre chose de plus profond »…

Quant aux articles anti-père Noël, la plupart insistent sur le traumatisme lors de la révélation…

Je crois que je ne suis d’accord avec aucun de ces arguments…

pere-noel

Bien sûr ma fille a le droit de rêver et je fais en sorte chaque jour de contribuer à éveiller sa curiosité et son imagination. Je n’ai rien contre le fait que les livres ou les dessins animés avec des ânes qui parlent, des cochons qui dansent la fassent rêver et réfléchir. J’aime pouvoir l’accompagner dans sa lecture et son visionnage pour répondre à ses éventuelles questions. Je déplore parfois la lecture faite de tel ou tel ouvrage à l’école, qui en théorie se veut dédramatisante mais qui faute d’accompagnement adéquat se révèle parfois plutôt effrayante (sur le loup par exemple … qu’on ne croise quand même pas à tous les coins de rue à Paris…). Mais je ne peux pas la protéger de tout et ce n’est d’ailleurs pas forcément souhaitable. Donc des désillusions et des frustrations, elle en aura, elle se construira aussi grâce à ça mais pour moi il y a un fossé entre « ne pas céder à tout pour lui éviter toute frustration » et « faire exprès de la frustrer » . Il en va de même avec les désillusions. Donc pour moi, c’est bien à travers cela qu’on éduque nos enfants ! C’est même un choix éducatif primordial ! Est-ce que pour éduquer ma fille je lui agite une carotte sous le nez pour sadiquement la lui refuser, est-ce que je lui invente une histoire de toutes pièces pour lui dire un jour « ben bien sûr que c’est faux, je t’ai dupé, voilà qui t’apprend doucement la désillusion » ? Vous l’aurez compris, pour moi, c’est non. Mais je conçois que pour d’autres le choix éducatif est différent.

Je ne suis pour autant pas jusqu’au-boutiste dans la mesure où effectivement pour moi, le père Noël est un épiphénomène et en ce sens je n’irais pas jusqu’à parler de traumatisme lors de la révélation, ça n’a pas été le cas pour moi en tous cas, plutôt un soulagement de voir cette mascarade enfin cesser. Mais à mon avis, le traumatisme dépend grandement de la façon dont les parents présentent l’histoire. Il me semble évident que plus ils s’enferrent dans le mensonge, plus le risque de traumatisme sera grand

Ainsi, chez nous, le Père Noël sera un personnage sympathique comme le sont Trotro, Petit Ours Brun, Zou et consorts. Nous lisons sur Trotro, nous le voyons à la TV ou sur la tablette, nous avons vu un spectacle avec Trotro. Jusqu’à présent, j’ai le sentiment que pour Bibounette, Trotro reparti dans le camion de la tournée, existe bel et bien en tant que tel. Et je ne vais pas lui faire la leçon contre son gré, à tenter par tous les moyens de la déciller avant même qu’elle ne pose de questions. Au fur et à mesure qu’elle grandira, il lui sera donné à voir qu’un déguisement se quitte, qu’un spectacle ne se prolonge pas dans la vraie vie, elle l’apprendra seule, à son rythme, et je répondrai honnêtement, du mieux que je peux, à ses questions. Dernièrement, sur un marché de Noël, elle avait peur d’un homme déguisé en chat, jusqu’à ce qu’elle le voit se défaire de son déguisement. Je précise que je n’ai pas fait exprès de l’amener voir les coulisses, elle l’a vu fortuitement. Aurais-je dû nier l’évidence et commencer à broder des mensonges quand elle m’a demandé si c’était pareil pour le père Noël ? Non je ne pense pas. Quant à commencer à rentrer dans des détails qu’elle ne sollicitait pas sur la différence entre le père Noël déguisé du marché de Noël et le vrai père Noël dans le ciel, très peu pour moi. Ou alors, comme lui expliquerai-je que les fantômes n’existent pas quand elle en aura peur ?  Je suis consciente qu’elle posera des questions difficiles au fur et à mesure des années, questions que je n’imagine encore même pas, je ferai de mon mieux pour y répondre honnêtement sans la priver de la part de rêve qu’elle souhaitera elle-même conserver.

On sait très bien que les enfants (et les grands!) ont parfois envie de croire au magique même s’ils le savent impossible. Je ne la détromperai pas si elle a envie de « faire semblant d’y croire » ou de « faire comme si c’était quand même vrai ». Je ne la détromperai pas si elle ne me pose pas de questions. Je lui dirai que certains croient en un Dieu personnifié, certains aux fantômes, certains aux extraterrestres, certains aux pouvoirs des rebouteux ou des voyants, certains au Père Noël, que chacun est libre de ses croyances. Je lui dirai si elle me le demande que je n’y crois mais qu’elle est libre d’y croire. Bref, je ne la priverai pas de rêver au nom d’une vérité rigoriste. D’ailleurs qui détient vraiment la vérité ? Je découvre pour elle l’histoire de la chrétienneté qui nous conduit à fêter Noël aujourd’hui, je me renseigne sur les racines païennes de l’Avent, sur les autres célébrations traditionnelles autour du solstice, dont Sainte-Lucie, la tradition du sapin de Noël, je lui écris mon Histoire de Noël, pour lui offrir une multitude de référence et de croyances possibles.

Je lui lirai ou on lui lira ici et là des histoires de Noël, certaines avec un Père Noël. En revanche, je ne la tromperai pas sciemment, je ne lui mentirai pas alors que je fais en sorte chaque jour de respecter la parole donnée, de dire ce que je fais et faire ce que je dis, ce qui m’a personnellement beaucoup manqué pour me construire (bien au-delà de l’épiphénomène du Père Noël !). Au vu de l’éducation que je lui donne, je pense qu’elle serait effectivement traumatisée de réaliser que je lui ai menti… Comme lui expliquer alors que je ne lui ai pas menti sur le reste ? Et qu’elle-même ne doit pas me mentir ?

Et pour ceux qui tiennent absolument à ce que les enfants croient, ça me dépasse quand même un peu de les voir s’engluer dans des histoires à dormir debout selon les contingences de la vie moderne : « euh oui, le père Noël, il passe pour Noël après la messe de Minuit, mais chez marraine qui part en vacances il est venu en avance… Ah ta cousine dit que le cadeau il vient du magasin de jouet ? Ben c’est parce que la maison de marraine était fermée et le père Noël est passé au magasin de jouets…  (psst t’inquiète pas, il est hyper crédule, ça va passer comme ça) » Comme Maman Chameau, je pense qu’il y a une différence fondamentale entre laisser croire et faire croire ! 

Pour les cadeaux au moins, chez nous c’est clair. Le père Noël n’a rien à voir là-dedans. 

Noël c’est le moment où on encourage le soleil à briller de nouveau plus fort,  c’est le moment où, faute de chaleur atmosphérique, on partage de la chaleur humaine et on s’échange des cadeaux. Bibounette est fière de créer des cadeaux pour ses proches, de chercher des idées. En ouvrant son calendrier de l’avent chocolaté et celui de notre chien gourmand, elle a spontanément proposé de partager avec un monsieur SDF et son chien. En retour, cet homme lui a offert le lendemain un ballon sculpté. Elle l’a chaudement remercié, je n’allais pas lui dire que le père Noël était passé alors que cet homme avait créé de ses mains cet objet pour elle : il est là l’esprit de Noël, pas dans le mensonge! 

Et puis, sur le plan pratique, dans nos emplois du temps surchargé, pouvoir acheter ou se faire livrer les cadeaux en la présence de Bibounette (sauf éventuellement les siens pour préserver la surprise) est un gain de temps précieux que je préfère passer avec elle plutôt que de devoir m’éclipser en douce à la recherche des cadeaux du père Noel ou de devoir expliquer que le livreur est en fait un lutin du père Noel .

En outre, nous avons choisi d’éduquer Bibounette « sans punitions ni récompenses » selon l’expression consacrée. Or le Père Noël est quand même là pour récompenser les enfants « s’ils ont été sages ». Le discours tenu en ce sens par un des petits camarades d’école de Bibounette m’a mise un peu mal à l’aise. Chez nous on se fait des cadeaux parce qu’on s’aime, pas sur le mode carotte et bâton…

Au final, vous l’aurez compris, chez nous le Père Noël est une belle histoire avec un personnage doux qui propage l’esprit de Noël. Ce n’est qu’une belle histoire mais c’est déjà beaucoup! Alors quelle histoire ? Eh bien une histoire d’amour partagé et de respect des croyances des uns et des autres.

J’en ai déjà parlé ici , en m’inspirant de livres de Noël sans dogmes sur le père Noël et la religion comme le P’tit doc Noël. Pour ce qui concerne le père Noël à la place que j’ai choisie, je retiens des ouvrages comme Liv et Emy fêtent Noël , à la fois précis et poétique ou « Agathe ne croit pas au Père Noël » (ce dernier peut-être à réserver aux enfants qui posent déjà des questions). Il existe aussi un grand nombre de contes de Noël et d’hiver déconnectés du Père Noël qui conviennent donc à toutes les familles qu’elles que soient leurs croyances autour du Père Noël, comme Joyeux Noël Petite Taupe ou d’autres doux contes cités  ici par Galex la fée .

Le billet de Ragnagna et les commentaires y afférant ont nourri ma réflexion, avec des phrases que je pourrais utiliser pour parler de Noël à Bibounette. Par exemple : « On raconte qu’il existe un père Noël ou un Saint Nicolas, personne n’en a jamais eu la preuve, mais pour honorer l’esprit de ce conte, Noël, c’est le moment où on fait des cadeaux aux gens qu’on aime. On raconte aussi que c’est à ce moment là que Jesus est né »

D’autres commentaires sur l’article de Ragagna me parlent beaucoup : « On en parle beaucoup mais on ne dit pas qu’il existe. … s’est posée la question vers 4ans. Avant elle en parlait comme elle parlait de petit ours brun et autres… A 4ans on lui a dit que certains y croyaient car elle nous a interrogés et on lui a dit qu’il fallait toujours respecter les croyances des autres. Légendes, religion, imagination etc…Baignés dans la légende avec les histoires, ils n’ont jamais été démunis ni mis à l’écart. Et ils jouent le jeu à fond quand il y a des « croyants » »  ou encore : « je pense qu’il faut être honnête quand l’enfant se questionne – quitte à utiliser la ruse de lui retourner la question pour savoir ce qu’il en pense – et ne pas chercher à tout prix à maintenir la magie ».

En bref, j’ai choisi de ne pas mentir, de ne pas devancer ses questions mais de l’encourager à s’exprimer, d’écouter et de répondre honnêtement, de la laisser croire à ce qu’elle veut mais de ne pas lui faire croire que les histoires et la réalité se confondent…

Et vous, qu’en pensez-vous?

 

Tout vient à point…

À traîner sur la blogosphère, j’ai accumulé en idées et en matériel des quantités astronomiques de propositions et de matériel…

Et aujourd’hui, j’en arrive à une conclusion essentielle : tout vient à point à qui sait attendre…

Avec 2 réflexions qui se complètent :

  • En lisant les nombreuses listes de Noël sur mes blogs préférés, j’en ai vu une qui m’a donné à réfléchir, non sur son contenu lui-même, mais par les commentaires l’accompagnant. Cette maman pratiquant l’IEF y signalait que sa liste de Noël ne comportait que des loisirs et non pas du matériel pédagogique… c’est alors que je me suis aperçue que je n’avais pas conscience de cette différence, que je me procurais à l’intention de Bibounette l’un et l’autre, sans faire une claire distinction, lui proposant ces différents matériels de la même façon, avec plus ou moins de succès. Il en va ainsi du matériel de comptage par exemple, notamment celui trouvé chez Wesco qui justement fournit… les écoles!

img_1493

Alors je me suis aperçue que j’ai investi dans ce matériel en lisant des blogs de mamans en IEF… Et je suis en train de me dire que, Bibounette, qui va elle à l’école, a peut être plus besoin et envie à la maison  de créativité, de jeu libre que d’apprentissages scolaires!

Ceci dit, quand elle me pose des questions sur les nombres, je suis contente de pouvoir sortir le matériel, trouvé sur le net ou créé home-made (comme la boîte à trier et dénombrer que je suis quand même contente d’avoir commandée à son grand-père)…

img_1496

Et comme je ne sais jamais exactement ce qu’elle aborde précisément à l’école, je suis contente d’avoir du matériel sous la main à lui proposer, pour le cas où elle serait en demande. Bien sûr, au fur et à mesure qu’elle grandit la demande se fait plus précise et c’est pour moi bien plus confortable…

Certes je m’aperçois que la première rencontre avec le matériel pédagogique est souvent facilitée par le cadre apporté par l’école, le groupe (ou d’ailleurs, je présume, le cadre posé par l’IEF), cadre absent quand le matériel pédagogique est proposé au milieu des jouets sans réflexion sur l’ambiance de travail. Mais elle est heureuse de retrouver à la maison du matériel qu’elle a connu à l’école ou des compléments qui l’aident à intégrer ses apprentissages… ou à faire l’école à Maman!

Bien sûr, je devrais vite être libérée de ces questionnements existentiels puisqu’elle fera elle-même ses listes d’envies et nul doute qu’elle saura de mieux en mieux exprimer ses préférences et qui sait, peut-être réclamera-t-elle aussi du matériel pédagogique! En attendant, comme chez nous le père Noël n’est qu’une belle histoire, nous avons un magasin de jouets comme terrain de jeu et de repérage des goûts

img_1494

Bref, tout vient à point à qui sait attendre…

 

  • La seconde réflexion qui me vient, c’est qu’en grandissant, Bibounette se réapproprie de plus en plus mes propositions pour inventer seule

J’avais tendance à culpabiliser de ne pas être capable de susciter son intérêt, à force de voir les chers bambins sur la toile friands d’activités préparées par des mamans inventives. Je m’aperçois aujourd’hui que j’ai tendance à m’inspirer sans même m’en apercevoir d’activités prisées par des bambins souvent plus grands, que chaque enfant a ses préférences et son rythme, que souvent avec les enfants il s’agit de répéter pour les voir s’approprier les choses…

En regardant Bibounette grandir, je vois désormais germer les petites graines semées au fur à mesure, qu’elles a bien captées alors qu’elle n’avait pas l’air d’y prêter attention…  Ainsi elle est désormais capable, en regardant un dessin animé, d’aller chercher spontanément ses figurines, livres ou jeux sur le même thème, ce qui était mon souhait mais ne prenait pas avant!

img_1495

Bref, tout vient à point à qui sait attendre…

 

Alors, je continue à semer sans me mettre de pression inutile… et qu’est-ce que j’aime la voir grandir et élaborer ses choix…😍

Et chez vous, quel est votre rythme? 🏃🚶💃

 

 

Mon Instagram

Dans un colis 📦 @chouchous.fr , il y a de quoi faire plaisir à toute la tribu 😻#catsofinstagram Découvert grâce à @rosa_tinylasouris et énorme succès chez nous : le cahier @stickerbookmajolo ses feutres et stickers repositionnables... c’est simple, efficace, devant l’engouement de Bibounette, j’ai déjà commandé des stickers supplémentaires et j’en ai profité pour ajouter à ma commande des cahiers à offrir autour de nous à Noël #aucafeentrefilles #motheranddaughter #toddlerlife #majolo Une rose s’invite dans le jardin automnal #saisons #naturliebe #aujardin Dé de méditation #petitestetes #familylife #toddlerlife

Catégories