//
Archives

Soins

Cette catégorie contient 6 articles

L’aventure de la continence

L’article de Mam Weena m’a donné envie de donner ici mon témoignage. C’est juste le moment puisque Bibounette vient de passer avec succès sa première journée en culotte à l’école…

Bien sûr, il ne s’agit que de notre petite expérience qui n’est sans doute pas transposable à tous, mais si elle peut guider quelques « pipo » comme le chante Bibounette, alors me voilà ravie !

IMG_1183

QUAND COMMENCER A PENSER A LA CONTINENCE?

En général, au détour d’un rayon de puériculture ou d’une conversation, vient l’idée qu’il va falloir un jour proche ou lointain se procurer un pot « au cas où ». Chez nous, prévoyants, sur la liste de naissance, il y avait déjà un pot (par chance pas électronique mais tout de même ENORME) qui n’a bien sûr jamais servi…

Entre temps, j’avais commencé à lire Minuscule Infini et m’étais laissée convaincre quant à d’autres pots de forme plus adaptée à la physiologie et accessoirement à mon mode de vie…

Au passage, je dois à Minuscule Infini (merci!!!) l’emploi du mot « continence » que j’ai comme une révélation immédiatement adopté. En effet, le mot « propreté » souvent utilisé dans ce contexte m’a toujours un peu écorché les oreilles… Ma fille n’est pas dégoûtante, elle est propre, avec ou sans couche, continente ou pas… Et je me suis toujours demandé l’effet que peuvent avoir sur les enfants les paroles échangées entre adultes à côté d’eux « elle est propre ta fille? -comment ça, pas encore propre?… » Inutile de dire que ce genre de paroles chez nous ne tombe pas dans l’oreille d’une sourde… Je répondais donc invariablement : « oui et elle va bientôt devenir continente » et maintenant « oui et elle est tout à fait continente » . (Si je sens l’individu particulièrement intrusif, je me fais plaisir avec un « oui, oui, elle est propre, elle se lave régulièrement. Et elle sera bientôt / est continente »)

Ce qui a plusieurs avantages assez jubilatoires :

1) Bibounette est rassurée, elle n’a rien « qui cloche »

2) En général, ça en bouche un coin au personnage intrusif qui se retrouve occupé à chercher un dictionnaire ou me prend pour une originale et ne repose pas de sitôt la question

Ma fierté, c’est quand Papacahuète répond aussi de la sorte, je nous sens unis dans notre tribu…

S’EQUIPER D’UN POT

Je reviens à mon pot : l’avantage du pot Ecopitchoun , c’est qu’il installe l’enfant dans une position adéquate pour relâcher ses sphincters. En plus d’être ergonomique, il est facilement transportable et peu encombrant. En outre, son petit prix permet de s’équiper en plusieurs exemplaires (bien pratique quand comme chez nous on vit sur plusieurs échanges, or, lors des premiers pas d’acquisition de la continence, hors de question de demander à l’enfant de monter l’escalier pour rejoindre le pot ou d’attendre que le pot redescende d’un ou plusieurs étages…). Enfin, mon expérience se limite à l’usage par une fille mais jamais de débordements constatés.

QUAND PROPOSER LE POT?

Jamais!

Comme pour beaucoup d’autres apprentissages, je pars du principe que j’invite en fournissant le matériel adéquat mais que c’est à Bibounette de décider quand elle est prête à l’utiliser

Pour le pot comme pour le reste, je m’en suis procuré un, je l’ai posé visible dans la salle de bain et je n’ai rien fait d’autre. Je serais bien incapable de dire quel âge avait Bibounette quand j’ai disposé ce pot en évidence dans la salle de bain mais je me souviens avoir investi juste après l’article de Minuscule Infini, Bibounette avait donc 14 mois. Bien évidemment, il était hors de question de pousser Bibounette à maîtriser ses sphincters à 14 mois mais poser le pot comme faisant partie intégrante de la salle de bain au même titre que les toilettes me paraissait le meilleur moyen de lui montrer sans pression que le jour où elle aurait envie/besoin de s’en servir, le pot, comme les toilettes (qu’elle nous voie régulièrement utiliser), seraient à sa disposition.

Je fais ma maline mais je considère que nous avons beaucoup de chance que Bibounette ait fréquenté une crèche où elle a pu profiter de l’exemple des plus grands, nous n’avons donc pas eu à appeler son attention sur cet étrange objet. Nous avons eu aussi beaucoup de chance que l’école jardin d’enfants qu’elle fréquente actuellement accepte les petits en couche. Et que pour la petite section, du fait de son mois de naissance, elle aura en Septembre prochain 3 ans et demi. Car en effet, pour l’école qu’elle fréquentera à partir de Septembre prochain, les enfants sont supposés être continents. Ceci dit, en discutant avec la directrice, je me suis aperçue qu’il y a toujours une souplesse possible. En effet, il est clair que le personnel n’est pas assez nombreux pour changer les couches de tous les enfants, mais elle m’a clairement dit de ne pas se mettre la pression, qu’il y a toujours quelques enfants qui passent quelques semaines en couche (après la catastrophe des premiers jours en culotte pour des enfants pas vraiment prêts, le personnel juge finalement plus pratique de remettre une couche un temps, plutôt que de devoir gérer des accidents continuels). Selon son expérience, avec l’exemple des petits camarades, l’acquisition de la continence se fait alors en général rapidement pour ces enfants. Je pense donc que pour les mamans concernées (surtout celles dont les enfants sont de fin d’année et entrent à l’école à moins de 3 ans), il peut être opportun de se rapprocher de la future école et quelle que soit la réponse, de faire comme si… Car plus on se met la pression, plus l’enfant le ressent, et plus les blocages surviennent…

ET ALORS CA SE PASSE COMMENT?

Chez nous, le pot a donc pris la poussière pendant plusieurs mois jusqu’à ce que vers l’âge de 18 mois, voyant très certainement l’exemple de ses camarades plus grands à la crèche, elle nous demande à utiliser le pot. J’ai alors déployé l’arsenal 1 pot par étage et elle les a utilisés de temps en temps, quand par un heureux hasard elle croisait le pot au moment où s’exprimait son besoin physiologique ! Assez vite, elle a éprouvé beaucoup de fierté à faire pipi sur le pot, et nous avons transporté un pot de voyage lors de nos déplacements, elle a ainsi fait pipi dans le train, à l’hôtel, dans le coffre de la voiture… J’avoue, je dois une fière chandelle à Papacahuete, à l’aise en toutes circonstances.

41oEtxZI98L

Bien sûr il y avait encore aussi des pipis dans la couche. Et surtout les cacas, car pendant très longtemps, Bibounette a fait caca… debout! Difficile donc de concilier ça avec le pot!

Bref, nous avons laissé Bibounette avancer à son rythme, nous ne lui avons jamais proposé le pot à horaire fixe. L’été de ses 2 ans et demi, elle a beaucoup circulé fesses nues et a commencé à faire caca accroupie dans la nature (je vous rassure nous avons un chien dont nous ramassons aussi les cacas dans la nature! d’ailleurs je suis persuadée que son exemple a aidé Bibounette à passer de debout à accroupie…)

Entre temps, nous avions aussi investi dans un adaptateur sur les toilettes (simple et pratique), Bibounette utilisait alternativement le pot, l’adaptateur et le jardin (avec une nette préférence pour le jardin!)

A la rentrée, nous avons constaté une régression, liée essentiellement aux contraintes liées à nos temps de transport (difficile de prendre le risque de circuler sans couche pendant une heure dans les transports en commun quand l’acquisition de la continence n’est pas encore parfaite…)

Et qui dit « couche en place » au début de l’acquisition  de la continence dit « c’est bien pratique pour faire pipi dedans ». De même « culotte sous pantalon  » est souvent confondu avec « couche sous pantalon » jusqu’au constat de la flaque…

Pour le caca, elle avait tendance à faire caca debout et je me demandais bien comment elle allait passer au pot ou aux toilettes… Mais finalement, est venu le moment où elle ne voulait plus faire caca dans la couche, surtout ne voulais plus rester avec du caca aux fesses le temps de trouver un lieu de change approprié… J’ai donc investi dans des pots jetables dont un exemplaire à élu domicile dans le cartable de Bibounette. Au final nous n’avons pas eu à nous en servir jusqu’à présent, car elle a commencé d’elle-même à aller à la selle plus ou moins à heure fixe en soirée. Mais le pot jetable reste là en cas de besoin si nous ne trouvons pas un coin de « nature » parisien en cas de besoin urgent sur le trajet.

A Noël, elle avait 33 mois et on nous a offert, à nous les parents, un abattant WC « Nighty », qui s’allume quand on s’approche, bien pratique la nuit, même si je doutais un peu de l’utilité au delà du gadget. En fait, nous en sommes très satisfaits et surtout, son assise très confortable et la lumière ont complètement conquis Bibounette! Elle pouvait enfin se débarrasser de l’adaptateur et s’assoir sur les toilettes comme une vraie grande et c’est vraiment ce qui a accéléré son envie et son confort pour être complètement continente.

Exit l’adaptateur, bye bye le pot (quoique de temps en temps, le pot c’est bien pratique pour ne pas quitter la TV… no comment please… et comme on en a plusieurs, on peut jouer à entraîner sa continence pour passer d’un pot à l’autre… peut-être que si la sage-femme avait procédé ainsi pour ma rééducation périnéale, ça aurait été plus efficace!!!)

QUELS VETEMENTS ?

Quand à 18 mois Bibounette s’est intéressée d’elle-même au pot, j’ai commis une erreur, j’ai pensé qu’elle allait me réclamer une culotte la semaine suivante… J’ai donc investi, dans des culottes en coton bio. Dans des culottes d’apprentissage aussi. J’ai l’habitude d’acheter les vêtements en ligne dans mes boutiques fétiches et je sais comment taillent sur Bibounette les principales marques auxquelles je fais confiance. En revanche, pour les culottes, il m’a fallu en commander pour vérifier… Et là, catastrophe… Pour Bibounette et ses cuisses musclées, la plupart lui serrent vraiment trop les cuisses. Certaines ont en outre des élastiques à taille beaucoup trop puissants (elle n’aime vraiment pas être serrée!), j’ai souvent changé les élastiques des pantalons mais franchement, je ne me voyais pas changer les élastiques des culottes… J’ai donc fini par sélectionner la marque la mieux adaptée à sa morphologie (Cosilana)… Mais c’était il y a 1 an et demi… J’ai donc beaucoup de culottes inusitées car soit mal adaptées à sa morphologie, soit devenues trop petites. Je passe sur les culottes d’apprentissages qu’elle a toujours allégrement confondues avec des couches et qui vont donc être revendues prochainement, état neuf…

Au final, à 34 mois, Bibounette a déclaré vouloir dormir sans couche. Ce que nous avons accepté. Il n’y a pas eu d' »incident » pendant la sieste, il y en a parfois pendant la nuit, Louis le sec est venu au secours de ce nouvel apprentissage. Concomitamment, durant la journée, nous avons tenté les culottes (peut-être la seule fois où nous avons proposé avec  un peu trop d’instance car cela nous semblait logique en réponse à sa demande de sortir faire les courses …. cul nu… qui plus est en plein hiver!) Mais un petit incident en courses l’a refroidie et jusqu’à cette semaine, c’est en couche qu’elle allait à l’école, couche qui restait sèche toute la journée… pour autant, je l’ai laissé choisir le moment où elle serait prête à opter définitivement pour la culotte.

Entre temps, je m’étais aperçue que j’allais revendre mon stock de culottes d’apprentissages restées complètement inutiles et devenues trop petites… Et que si je voulais espérer la voir porter des culottes un jour, il allait falloir investir dans du 116 cm sous peine de l’entendre dire « ça gêne » Oui, la demoiselle a vraiment les cuisses musclées!

A la maison, je lui ai proposé de porter, au lieu des culottes trop petites qui peuplaient son placard, des bermudas Cosilana tout doux qu’elle avait portés à la belle saison sur sa couche et qui ne la serraient donc pas et quand les culottes Cosilana de la bonne taille sont arrivées, Biboubette les a immédiatement adoptées!

Au delà des culottes, il est évident que le choix des vêtements est primordial pour l’acquisition de la continence : c’est pour cette raison, mais aussi pour faciliter sa motricité depuis son plus jeune âge que Bibounette ne porte que des pantalons à taille élastiquée, qu’elle peut facilement mettre et enlever seule. La matière aussi a son importance, afin qu’elle sèche vite et ne garde pas les petites odeurs : pour cela, la laine est encore et toujours la plus indiquée!

ET LES LIVRES ?

Les livres autour de l’acquisition de la continence sont nombreux et j’ai pioché sur le net beaucoup de bonnes idées notamment chez Le rire des anges

Très honnêtement, Bibounette n’a pas eu besoin de livres pour comprendre à quoi sert le pot puisqu’elle a vu faire ses camarades à la crèche. Chez nous, les livres ont donc uniquement servi à parler du sujet sans tabou sur un mode ludique, bref aucune baguette magique dans l’idée de provoquer des déclics mais bien du plaisir de lecture!

Ceux qui ont le plus parlé à Bibounette :

Qu’y a t il dans ta couche? ou comment une petite souris invite ses mis à passer comme elle de la couche au pot

51I6vToQk7L__AC_US218_

1,2,3 crotte alors pour compter les cacas (Bibounette compte les cacas de chien dans la rue!)

41BAP5xDa+L__AC_US218_

Sur le pot, des illustration vintages et des tirettes à manipuler

51AIcaiVTaL__AC_US218_

Les livres éducatifs expliquant le processus de digestion ont aussi un franc succès désormais. Et cela aide à faire comprendre à l’enfant en cours d’acquisition que le caca et le pipi sont des déchets et non un morceau de lui.

Bon, avec tout ça, je vous laisse sur une photo que Bibounette adore prendre…

IMG_1719

Publicités

Janvier

En Janvier, j’ai rencontré des turbulences, j’ai rencontré des connards de médecins alarmistes, incompétents et sans coeur
En Janvier, j’ai été soignée pour quelquechose que je n’avais pas et pas soignée pour quelquechose que j’avais
J’ai connu la peur, l’effroi, l’attente et après l’attente, le soulagement impossible tant l’angoisse a laissé derrière elle ses stigmates. Syndrome post traumatique, ça s’appelle ou décompensation…
En Janvier, j’ai connu l’incompréhension et le jugement couperet
En Janvier, je me sentie seule mais je suis restée debout
En Janvier, j’ai eu l’impression d’être une vieille dame
En Janvier, on m’a fait souffrir mais j’ai aussi pu compter sur certains, pas forcément ceux auxquels je m’attendais, mais quand même
En Janvier, malgré les turbulences, j’ai plus ou moins tenu mes résolutions
En Janvier, j’ai vu ma fille grandir, beaucoup. C’est fou comme elle choisi les périodes où je suis faible pour faire de grands pas en avant. Comme un pied de nez aux difficultés. J’étais sans défenses immunitaires quand elle a décidé de marcher. Je suis à nouveau faiblarde au moment où elle décide de devenir continente.
Oui, en Janvier, je l’ai entendue faire de belles phrases, parler anglais, dire à son papa qu’elle n’est plus un bébé. Je l’ai entendue aussi refuser la couche pour dormir et devenir continente pendant son sommeil avant de l’être pendant son éveil
En Janvier, j’ai mangé les gâteaux faits par ma fille, je l’ai vue s’inquiéter pour moi et me faire des gâteaux
En Janvier, je l’ai vue réinvestir sa chambre nouvellement réaménagée pour y jouer et je me suis sentie utile d’avoir pensé ce nouvel agencement
En Janvier, j’ai connu le calme avant la tempête, ou plutôt ce calme dans la tempête, ce moment où on se sert fort les coudes et le reste pour affronter les éléments, ce moment où on ne se déchire pas encore pour trouver les responsabilités des uns et des autres

En Janvier, j’ai participé un Samedi à une réunion associative et c’était bizarre d’être là juste moi et mes pensées au milieu des débats

En Janvier, après le froid et avant la pluie, j’ai vu un rayon de soleil sur le visage de ma Bibounette endormie. Et pour le reste du temps, je me suis offerte une lampe de luminotherapie…

En Janvier, mon Homme a concrétisé un projet et nous avons fêté 8 ans d’amour avec leurs hauts et leurs bas…
En Janvier, j’ai pris des decisions, de celles qui s’imposent quand on a eu peur. Je vais changer de travail, prendre soin de moi et agir plutôt que râler
En Janvier, j’ai trouvé des pistes sérieuses pour un nouveau travail
En Janvier, nous avons eu la chance de recevoir Valeria qui a immortalisé en photos un peu de notre histoire, celle de notre tribu, animaux et grands-parents compris
En Janvier, j’ai respiré ma fille et l’ai regardée se photographier les orteils et j’ai commencé à remplir un bocal de petits papiers listant mes petits bonheurs…

img_0752

 

Le corps et le médical

Je ne me souviens plus par quel hasard j’ai atterri sur le blog de Dix lunes mais je le lis régulièrement et savoure en particulier son calendrier de l’Avent… Je dis « par quel hasard » car sa ligne éditoriale diffère des autres blogs que j’ai l’habitude de suivre et ses descriptions de l’univers médical et paramédical m’interrogent parfois car c’est un milieu fort jargonnant que je connais peu. Mais ses billets m’intéressent car elle s’interroge en profondeur sur les contours de la bienveillance montrant que parfois aussi l’enfer est pavé de bonnes intentions. Toutefois, j’ai parfois pu avoir l’impression qu’elle exagérait dans ses coups de gueule dénonçant l’absence de bienveillance de certains de ses confrères, sans doute parce que j’ai pour ma part eu beaucoup de chance dans l’accompagnement de mon accouchement et du post-partum, ses sujets de prédilection.

Et puis, je les ai rencontrés ces médecins là… Certes j’ai eu de la chance de tomber sur des perles pour la naissance de Bibounette (faudra que je vous raconte…) mais pour le reste… Il y a eu cette généraliste qui me dit de dormir au lieu de me plaindre de la fatigue pour finir par m’envoyer aux urgences parce que sinon mon pronostic vital est engagé… j’ai mis ça sur le compte de l’incompétence plus que de la malveillance… et j’ai changé de médecin… Mais depuis que je suis arrivée à Paris (il y a quand même plus de 15 ans…) la recherche d’un médecin s’est révélée être un vrai chemin de croix… Entre celui qui ne touche pas les oreilles « parce que c’est réservé à l’ORL » et celui qui ne touche pas le dos « parce que je pourrais vous blesser »… no comment…
Il y a eu cette pédiatre qui te somme de repartir avec ta couche sale… Il y a eu ce médecin qui te propose un accompagnement familial parce que tu ne veux pas laisser seule dans la salle d’attente ta fille de 2 ans… Il y a eu ce gynéco qui ne prononce aucun mot durant toute la consultation et cette autre qui te somme de cesser l’allaitement au risque de pervertir durablement ta fille en te prescrivant de te bander les seins et là, au lieu de lui rire au nez, sa blouse blanche m’a conduite à essayer… Heureusement que les copines d’une association de soutien à l’allaitement étaient là… L’allaitement, parlons en… Il y a eu l’acupunctrice réactionnaire qui te prescrit carrément du chimique pour arrêter ça… Alors je me suis mise en quête d’un médecin qui s’y connaisse vaguement en allaitement car malheureusement les copines de l’association ne peuvent pas prescrire en cas de vrai souci… J’ai cru en trouver une avec de beaux diplômes… pas de bol, ça n’avait pas dû pénétrer son cerveau et encore moins son cœur… Je ne suis pas médecin mais dans mon travail, quand un interlocuteur me décrit un problème, je l’écoute, et je l’écoute avec bienveillance. Je ne lui demande pas de faire 2 fois une heure de transport avec 40 de fièvre et des douleurs atroces parce que j’hésite sur le traitement. Je ne le renvoie pas à un radiologue interventionniste pour m’en débarrasser. Je ne refuse pas de le recevoir et je ne lui dis pas de trouver quelqu’un pour faire un pansement sur une jambe de bois…

Par chance, j’ai rencontré une personne de confiance (non médecin) et grâce à elle j’ai trouvé une pédiatre et une généraliste… sans doute parce qu’elle ne me les a pas conseillés en tant que médecins mais en tant qu’humains…
Et, pour être juste dans mon témoignage, outre le personnel soignant qui a accompagné mon accouchement, j’ai eu aussi la chance par le passé de rencontrer 2 autres médecins qui m’ont beaucoup aidée. Mais pour les rencontrer, il m’avait fallu bien du courage pour forcer des portes bien verrouillées…


Alors bien sûr, il n’y a pas de raisons que la proportion d’imbéciles et d’incompétents chez les médecins soit moindre que dans les autres milieux professionnels (suivez mon regard 😉) mais quand des vies sont en jeu, ça fait froid dans le dos…

Prenez soin de vous…

Petit bain, grand bain

image

Depuis sa naissance, Bibounette adore le moment du bain.
Nous avons d’abord suivi les conseils et baigné notre fille seulement tous les 3 jours, mais devant son enthousiasme et face aux microbes de la crèche, c’est depuis longtemps bain quotidien pour le plus grand bonheur de tous…

Chez nous, notre pied à l’étrier s’est appelé Tummy tube
image
Outre les avantages pour les parents (économies d’eau, faible encombrement, légèreté et donc maniabilité), le plus important est que la position foetale semble avoir beaucoup contribué au plaisir du bain pour Bibounette.
On trouve cet article un peu partout sur le net mais le sourire d’Helen de Brindilles est un plus. C’est elle qui sur un salon du BB a convaincu Papacahuète (oui Papacahuète car à la maison on chante en coeur « Bibounette Cacahuète… »)
image

Certains utilisateurs du Tummy Tub témoignent d’une utilisation prolongée. Chez nous, dès que Bibounette a su prendre appui sur les côtés pour se relever très fière, c’est devenu un peu galère, sauf à inonder la salle de bain!
Mais cela ne remet pas en cause l’utilité de l’investissement (d’ailleurs très modéré) et l’article a même eu sa contribution montessorienne puisque ça a été un des premiers accessoires aidant dans l’apprentissage de la motricité!

Juste pour info, car nous ne l’avons pas testée, tu trouveras le descriptif de la shantala, cousine de la Tummy Tub, ici http://minusculeinfini.com/2015/03/08/baignoire-et-massage-shantala/

Chez nous, après la Tummy Tub, nous sommes donc passés à la baignoire Anatomy de Tigex. Primée au Salon de Cologne et fabriquée en France, elle m’avait inspirée et nous n’avons pas été déçus. Le gros avantage est qu’avec ses barres de fixation, elle se pose en hauteur sur notre grande baignoire.
image

Bibounette est à notre hauteur et les longues minutes de jeu sont donc confortables pour tout le monde!
Nous sommes chanceux et avons une salle de bain dédiée à la demoiselle, la baignoire et ses arches restent donc en place en permanence mais le système n’est pas contraignant à mettre en place et peut tout à fait être utilisé dans une salle de bain partagée.

S’adaptent au fur et à mesure sur la baignoire un transat de bain confortable puis un anneau, que nous avons utilisés ponctuellement juste avant que Bibounette ne s’asseoit parfaitement seule
image
image

Pour chez les grands-parents qui ont une douche, nous allons bientôt tester le siège de douche OKbaby Opla… Avis à suivre…
image

Côté jouets de bain, cadeaux obligent, nous avons sacrifié nos oreilles et adopté un jouet mural sonore, qui, il faut l’avouer, fait désormais partie du rituel pour Bibounette. Nous avons aussi cédé sur les aspergeurs qui vont finir par moisir mais font du bien aux dents… On aime aussi les gobelets percés : Bibounette ouvre la bouche pour goûter la « pluie » et c’est aussi dans le bain qu’elle a appris… à boire au verre! On a testé aussi la baleine Oxybul qui crée un petit jet d’eau à grand renfort de piles. Mais surtout Bibounette est fan de ces petits jouets pas du tout pour son âge (est-ce notre réticence qui fait leur attrait?) : ces petits animaux qu’on remonte manuellement et qui agitent ensuite les pattes…
image
Sa Maman avait les mêmes, il en reste encore quelques-uns sur le net qui ont traversé les époques!

Pour la table à langer, nous avons opté pour une murale du géant suédois, plus pour une question d’encombrement au sol que pour la refermer chaque jour (franchement un peu fastidieux)
image
Et le complément idéal à la table à langer, ce qui nous a sauvé les premiers temps : les alèses jetables. Même chose que les matelas à langer jetables, mais bien moins cher. Certes pas très écolo, quoique je n’imagine pas le nombre de lessives suite aux innombrables jets de caca de Miss Bibounette les premiers temps… Désormais, les alèses nous permettent d’arroser copieusement un bébé remuant sans inonder la table à langer, pour la phase savonnage avant la mise au bain. Utiles aussi en voyage.

Last but not least : notre savon depuis les premiers jours, conseillé par notre dermato préféré : Dermalibour Aderma

Le mouton, l’agneau, la laine…

image

Je veux vous parler des bienfaits du mouton…

L’agneau, le mouton sont doux, aiment être apprivoisés, aiment donner, c’est déjà un bel exemple pour nos enfants. Saint-Exupéry ne s’y est pas trompé : Dessine-moi un mouton… C’est ainsi que dans la chambre de Bibounette, il y a plusieurs références au Petit Prince (non, non, pas un « thème » de linge et accessoires inconfortables et ultra-chers vendu en grand magasin de puériculture, juste quelques objets utiles et signifiants piochés ça et là)

Le mouton donne aussi la laine et sa lanoline, aux multiples applications, notamment pour les nouveaux-nés et les enfants.

La lanoline (lansinoh) je l’utilise sur les mamelons d’abord systématiquement au début de l’allaitement et au moins une fois par jour (plutôt la nuit) en routine. Zéro crevasses. Je l’utilise pour masser les seins en cas d’engorgement ou tout simplement pour garder une belle peau sans vergetures. Je l’ai même adoptée comme soin des lèvres, hyper nourrissant et effet gloss très sympa, sur les mains en hiver, c’est le top (en version lansinoh, plutôt la nuit car elle est assez collante, sinon en direct de Nouvelle-Zélande, la crème Merino Lanolin Skin Creme). Bien sûr, la crème lansinoh est aussi utilisable sur le visage de BB, en particulier sous son nez. L’intérêt de la crème Lansinoh, c’est qu’elle peut être ingérée par BB.
Et je m’en sers même pour cirer les chaussures de BB!

La laine. Là encore multiples applications. Les vêtements et mon coup de coeur pour les vêtements de la marque Manymonths, en merinos. De la laine très fine mais chaude comme il faut, thermorégulatrice, BB n’a donc jamais trop chaud ni trop froid. Incroyable, beaucoup de gens ne croient pas que c’est de la laine tellement c’est doux et fin. D’ailleurs en salle de naissance, personne ne voulait croire que cette gigoteuse toute fine était véritablement très chaude. Parmi mes must have :
– les chaussons de portage (on m’arrête régulièrement pour me demander la marque et le fournisseur)
image
– la cape également très pratique pour le portage et ne prend vraiment pas de place dans le sac.
image
– les T-shirts qui servent de pulls fins, très confortables car ils n’entravent pas du tout les mouvements, et bien longs, ils couvrent bien le dos
image
– les longies, super confort, le seul bémol c’est qu’ils ramassent bien la poussière lors de la marche à 4 pattes (mais côté entretien de la maison, ils lustrent aussi le parquet ;-))
image
– la cagoule, qui couvre bien le cou et les épaules
image
J’achète ces vêtements sur le site mamoulia, où les tarifs sont très compétitifs et le service impeccable.
Ces vêtements sont relativement chers mais ils viennent de mes chers moutons, sont les plus confortables pour Bibounette et sont évolutifs donc durent très longtemps. Bref l’investissement est très rentable.

Un nouveau coup de coeur : les vêtements en laine et soie de la marque Cosilana. Même usage que les Manymonths, avec un tissu encore plus fin et donc encore plus 4 saisons, et côté budget, plus abordable. Mes must-have : les vêtements en mélange laine et soie ou coton-laine-soie, en tissu très fin et thermorégulateur, faciles d’entretien (un T-shirt a survécu à un lavage par erreur à 40°C avec fort essorage… expérience à ne pas renouveler trop souvent quand même!). Mes préférés : le T-shirt qui sert de pull léger, version laine et soie ou coton-laine-soie et le pantalon collant taille large. D’abord trouvés sur des sites allemands, pays de la marque et pays de fabrication, ces vêtements sont désormais disponibles plus largement, par exemple chez Mamoulia et sur Fooldewool. Si vous avez la chance de vivre en Allemagne, vous pouvez même les louer sur http://www.raeubersachen.de/index.php

4626-cs200-t-shirt-laine-soie-bebe-enfant-cosilana-mamoulia-bleu-marine-rayures-71033-1284619-cs200-pantalon-legging-ceinture-large-laine-soie-bebe-enfant-cosilana-mamoulia-rayures-orange-ecru-71016-129

Mention spéciale également pour les gigoteuses bambinomérino (http://www.petitcoton.fr/gigoteuses/gigoteuse-merinos-0-2-ans/) et la couverture d’emmaillotage qui sert également de petite couverture peu encombrante, facile à transporter dans le sac à langer (http://www.petitcoton.fr/pour-la-nuit/couverture/)

Et je me suis aussi amusée à tricoter une petite couverture qui a bien réchauffé BB durant ses premières semaines (laine babymerino sur Kalidou)

Côté laine, une petite madeleine de Proust : un gilet de berger choisi en assez grande taille qui dure très longtemps et est hyper pratique. J’en avais enfant et j’en ai retrouvé un chez Ardelaine.

La laine feutrée sert également comme alèse, bien plus confortable que les matières synthétiques non respirantes : chez Stokke et chez Ardelaine.

Pour la literie, je rêve d’un matelas en laine (Laurent laine) et pour Bibounette, j’aurais bien craqué sur le matelas coco et laine de chez Stokke… Mais apparemment il ne se fait plus…

Et en ce soir de réveillon, je m’endormirai en comptant les moutons… Pour débuter bientôt l’année chinoise de la chèvre/mouton…

Nettoyage de nez

Une vraie corvée… Et pourtant, « c’est pour ton bien, pour dégager ton nez, tu vas sentir que c’est plus libre ensuite », expliquer encore et encore, être convaincue mais souffrir avec elle…

Et quitte à s’y coller, autant adopter la bonne technique :
http://naitreetgrandir.com/fr/mauxenfants/indexmaladiesa_z/fiche.aspx?doc=naitre-grandir-sante-enfant-nez-bouche-congestion-nasale (au passage, ce site est une vraie mine d’infos!)

Attention à bien laisser bébé la tête sur le côté, jusqu’à ce que le nez coule, sinon le liquide part dans l’oreille et c’est l’otite assurée 😦

image

Mon Instagram

Enfin trouvé un accrochage adéquat des œuvres de ma fille #toddlerlife #toddlerart Let's go #toddlerlife @panpantaloni Matin pluvieux mais joyeux grâce aux escargots et à son nouveau pantalon @panpantaloni #vismaviedenfantaparis #toddlerlife #bluelife Lumière et nuages sur la ville #vismaviedenfantaparis #familylife #latergramdulundisoir

Catégories